Perle ludique: Sky Tango

Filosofia

Dès 8 ans, de 2 à 4 joueurs, 30 minutes

(L’intégralité de l’article peut être consulté dans l’Artichouette de mars 2015, p. 18)

Nouvellement arrivé sur le marché francophone, Sky Tango est un petit bijou.

De simplicité tout d’abord : le but est de poser des séries de cinq cartes minimum puis de les ramasser afin d’emmagasiner le plus grand nombre de cartes qui seront en fin de partie autant de points de victoire. […]

Quelques mécanismes tout aussi simples et très judicieux, viennent s’ajouter […]

L’astuce est que chaque carte peut être soit déposée chez soi soit chez les autres joueurs. Il faudra donc réfléchir à deux fois avant de choisir quelle carte poser et chez qui. Une carte serait plus intéressante pour bloquer un adversaire ou pour constituer sa propre série ?

[… la fin de partie] arrive lorsqu’il n’y a plus de cartes à piocher, même après avoir réutilisé la défausse remélangée : toutes les cartes non posées et non ramassées par leur propriétaire seront décomptées de leurs séries précieusement mises de côté.

Petit bijou esthétique ensuite :  Johann Ruttinger a su capturer l’essence des jours et des nuits d’été.  Le soleil semble nous réchauffer et la nuit donne envie de tendre l’oreille, comme si les grillons allaient se mettre à chanter.

[…] Ce jeu pourra plaire à une large gamme d’âges différents : la réflexion et l’anticipation peuvent être vraiment développées notamment par les plus grands.  D’un autre côté, une certaine place accordée au hasard égalise souvent les chances d’une partie à l’autre, même si la frustration ne sera donc pas absente.

[…] Sky Tango  est donc un « petit » jeu dans le bon sens du terme : facilement appréhendé, facilement installé,  il sera sorti avec des publics différents dès qu’un moment se présentera !

Entrez donc dans la danse…

Bonne journée… ou bonne nuit !

Virginie Tacq

Publicités

Toy story

Bienvenue dans le Multiverse ! Ou l’exploration de mondes parallèles à celui du Jeu mais toujours avec des vrais bouts de jeux dedans !

Avez-vous déjà remarqué que certains personnages de romans, de films, de séries télévisées, … jouent eux aussi à des jeux de société ?

Ce mois-ci, plongeons dans une trilogie emblématique des studios Pixar, Toy Story !

Les films, littéralement traduits par nos amis canadiens en « Histoire de jouets », nous racontent donc les péripéties d’une bande de jouets dans le monde des humains. Le premier épisode est sorti en 1995, le deuxième en 1999 et le dernier en 2010. Un quatrième film est annoncé pour 2017 mais c’est une autre histoire.

Examinons ce que ces films nous disent sur le Jeu : Leurs créateurs nous renvoient l’immense majorité du temps au jeu libre, sans règles préétablies et favorisant une grande créativité, dont les jouets sont souvent les ambassadeurs.

Et le jeu de société alors ?

jeux toy story

Il est bien présent mais plutôt en filigrane, dans les décors. En affûtant votre œil de lynx, il est possible de reconnaître tout au long des trois opus plusieurs jeux de société[i], qui sont mis en avant à des degrés divers : Candy Land (1949), le jeu de dames, Attrap’souris (1963), Touché-Coulé (1967), Twister (1966), Singeries (1966), le jeu des fléchettes, Qui est-ce ? (1979), Docteur Maboul (1965), Cluedo (1949), Destins (1960), des dominos, des cartes à jouer et des lettres de Scrabble (1948), pour les plus connus.

Que de jeux déjà anciens ! Après m’être interrogée sur ce manque cruel de nouveautés, j’ai  décidé de ne pas y voir un rejet des jeux plus modernes mais plutôt un hommage à ces compagnons de l’enfance de plusieurs générations : jeux intemporels finalement, connus des petits comme des grands et reconnaissables même par delà les frontières de la langue.

Un petit regret : aucun clin d’œil à quelques jeux cultes actuels n’a été inséré dans Toy Story 3[ii]. Pourquoi, me demanderez-vous ? (ou pas, mais je vais faire comme si vous le demandiez en cœur) Eh bien parce que nous arrivons pour moi au cœur du problème.

Jeux, jouets, même combat

Andy, le petit humain auquel les jouets appartiennent, ne joue apparemment plus à grand-chose dans ce troisième film ! Il a atteint l’âge de dix-sept ans et, outre son vieux coffre à jouets délaissés et un jeu de fléchettes, sa chambre est un désert ludique.  A en juger par quelques trophées, il s’adonne aussi aux joies du sport, sorte de jeu pris nettement plus au sérieux vu que ça passe à la télévision alors vous imaginez, ça, c’est vraiment bien. Et sont évoqués aussi les jeux vidéo parce que c’est un adolescent quand même.

Et donc voilà : le Jeu, c’est pour les enfants. Maintenant, Andy, tu es grand, tu vas à l’université et donc le Jeu, c’est fini pour toi. D’ailleurs, [alerte spoiler] tu vas donner tous tes jouets à la petite fille qui, elle, est encore dans l’âge béni où le Jeu est tolérable, même encouragé si vous avez un entourage un peu pédagogue.

Mon verdict : un bon point pour l’importance du Jeu libre, un mauvais point pour tous les autres clichés sur le Jeu.

Regardez-les quand même si vous ne les avez jamais vus : ce sont des films vraiment sympa.

Quant à moi, j’attends l’équipe de Toy Story 4 au tournant !

Virginie Tacq

Si vous aussi, vous repérez des jeux de société dans un film, une série, un livre, une bande dessinée, une publicité, n’hésitez pas à me le faire savoir !

 

 

[i] Les titres cités sont les titres traduits des jeux présents dans le film. Les dates sont les dates de première édition de ces jeux, parfois sous un autre titre ou édités dans une autre maison d’édition.

[ii] Le plus propice de par sa date de sortie

 

Hello world!

Voilà un nouveau blog pour parler de Jeu, de jeux, de jeux de société, de jeux de figurines, de jeu libre, de jeux pour enfants, pour adultes, pour seniors, pour personnes déficientes, … Bref, l’imagination et l’envie sont nos limites!

Bienvenue!